Courage our network

Menaces - vue d'ensemble

Edward Snowden a été accusé par le Gouvernement US de vol, "divulgation non-autorisée d'informations de défense nationale" et de "divulgation délibérée de communications de renseignements classés à une personne non-autorisée". Les deux dernières accusations entrent sous l'incidence de la Loi sur l'Espionnage de 1917.

Chacune des trois accusations impliquent dix ans d'emprisonnement au maximum plus une amende, totalisant une condamnation possible de 30 ans. Il est possible que d'autres accusations soient portées contre Mr Snowden.

L'administration américaine a déjà entrepris moultes actions envers l'extradition de Edward Snowden. Non seulement des nombreux mandats d'arrestation et d'extradition ont été issus à des nombreux pays, mais les autorités américaines ont personnellement mis la pression à des leaders politiques et ont menacé de couper les avantages commerciaux en cas d'échec de poursuivre l'extradition de Snowden. Des gens ayant aidé ou qui sont suspectés d'avoir été associés avec Snowden ont également été exposés ou harcelés, comme Sarah Harrison, journaliste WikiLeaks, qui a accompagné Edward Snowden durant son transit de Hong Kong à Moscou, et le partenaire de Glenn Greenwald, David Miranda, qui a été détenu pendant 9 heures en vertu de la Loi britannique sur le Terrorisme alors qu'il transitait dans l'aéroport Heathrow.

Edward Snowden risque un procès injuste aétant donné qu'il n'y a pas d'exception de donneur d'alerte ou intérêt public dans la Loi sur L'Espionnage. Ceci implique, que Snowden ne pourra pas se servir de "son intention" dans sa défense. Dans une interview, il a expliqué la reflexion derrière ses révélations: "Je ne peux en bonne conscience permettre au Gouvernement des Etats Unis de détruire l'intimité, la liberté d'Internet et les privilèges élémentaires autour du monde, avec cette machine de surveillance massive qu'ils construisent secrètement."

Snowden ne risque pas seulement des sanctions légales, mais physiques aussi. Malgré une lettre du Ministre de la Justice US, Eric Holder, affirmant qu'Edward Snowden ne sera pas soumis à une condamnation à mort ou à la torture, Michael Ratner, président émérite du Centre pour les Droits Constitutionnels, note que ces remarques sontdénuées de sens“. Au sujet de la torture, Mr Ratner a affirmé :

"Pensez à comment les US définissent la torture. Les US ne pensent pas que ce qu'ils ont fait à l'époque Bush était de la torture, sauf peut-être pour la torture-par-l'eau. Ceci signifie que Ed Snowden peut être soumis à toute technique d'interrogation augmentée - vous le savez, lumières allumées en permanence, bruits forts, températures basses, hautes, attaché à une chaise. Toutes les, citation - 'techniques augmentées d'interrogation" sont donc permises sous l'avis américain sur la torture. Il a également dit: "il ne figure pas dans la lettre qu'ils [US] ne le mettront pas dans un cellule souterraine pour le garder là pour le restant de sa vie."

Pour comprendre les menaces contre Edward Snowden, il est suffisant de regarder vers les autres donneurs d'alerte poursuivis par l'administration Obama. L'administration Obama se vante du fait d'avoir "poursuivi deux fois plus de cas sous la Loi sur l'Espionnage que toutes les autres administrations réunies". Un cas remarquable est celui de Chelsea Manning qui, après trois ans de détention avant son procès, y compris dans des conditions contraires à la loi,, a été condamnée à 35 ans d'emprisonnement.

Les mesures sévères de l'administration Obama contre le journalisme de sécurité nationale et ses donneurs d'alerte s'est intensifié depuis quelque temps, ainsi les révélations d'Edward Snowden le placent dans le viseur.

 

Accusations criminelles complètes contre Edward Snowden

Plainte pénale U.S. vs. Edward J. Snowden

 

Informations détaillées sur les 3 charges contre Edward Snowden

Code des USA 18 § 641 – Argent, propriétés ou enregistrements publiques,

Code des USA 18 § 793(d) – Recueillir, transmettre ou perdre des informations de défense

Code des USA 18 § 798(a)(3) – Publication d'informations classées